Texte de la charte ethique

Texte de la Charte : Charte Ethique “Art Développement“
Pour une expression artistique en résonance avec l’évolution personnelle.

1.Spécificité de l’accompagnement en Art Développement : L’objectif est l’évolution de la personne. Il n’est pas l’Art en lui-même. L’expression artistique dans ce cadre, révèle la personne, ses insuffisances, ses désordres. Puis lui permet de mettre en évidence ses facultés, ses potentiels créatifs, sa présence au monde qu’elle est entraînée à faire évoluer.

2.L’enseignement d’une pratique artistique tient compte de la capacité d’intégration de la personne à qui elle est transmise. Les informations et préconisations que celle-ci reçoit sont soigneusement adaptées à sa capacité d’assimilation.

3.L’accompagnant renonce à « forger » chez son sujet une faculté expressive ou une virtuosité qui lui seraient “extérieures“ et non compatibles avec la véritable dimension « intérieure » de son être. Pour ce faire l’accompagnant accepte de façon responsable, de suivre les détours parfois inattendus nécessités par la réalité de la personne. Il se charge de maintenir la tension de l’éveil nécessaire à l’évolution.

4.Les obstacles rencontrés dans l’acquisition des capacités sont utilisés comme éléments dynamisant de la progression. Leur écoute, leur observation attentive, judicieuse et leurs métamorphoses orientent et déterminent les nouvelles aptitudes de l’accompagné. L’accompagnant trouve par là un intérêt sans cesse renouvelé pour la diversité des parcours de chacun.

5.La prise en compte du vécu biographique et spirituel peut être souhaitée par l’accompagné. L’accompagnant doit pouvoir l’accueillir. Si elle n’est pas demandée mais s’avère utile pour une assimilation correcte du lien entre les fonctions expressives et la structure de la personne, l’accompagnant selon sa formation propre, peut la proposer. Il ne l’impose pas.

6.Le rythme d’évolution, les étapes à franchir, les “éclosions“ du talent, jalonnent le parcours. Ils font l’objet d’une attention bienveillante de la part de l’accompagnant qui doit pouvoir en décrypter l’architecture et aider l’accompagné à en lire les échos dans sa propre transformation.

7.L’autorité de l’accompagnant, appuyée sur sa seule compétence, ne peut s’exercer que dans le respect des principes énoncés ci-dessus et du cheminement de l’accompagné. Consignes de travail, exercices, protocoles, contraintes de styles ou autres sont proposés avec l’attention rigoureuse qu’ils soient reçus, dialogués, intégrés et réappropriés par l’accompagné.

8.La complaisance envers les difficultés de l’accompagné n’est pas de mise pour autant. L’inverse aboutirait à le priver de sa capacité à évoluer. L’équilibre juste entre autorité et écoute constitue l’art de toute pédagogie.

9.L’égalité “ontologique” et de droit posée comme préalable à la relation “accompagnant-accompagné“, ne peut voiler les “inégalités“ de compétence de départ.L’accompagnant sans nier cette « inégalité », l’assume en la dépouillant, avec une vigilance constante, de toute forme de pouvoir personnel qu’elle peut lui procurer. Il la met au service du pouvoir créateur de l’accompagné.

10.Gestion des transferts/contre-transferts. Elle est conforme à celle de la Charte « Accompagner par l’éthique » Liens ci-dessous.

11.La relation accompagnant-accompagné impliqueobéit, au-delà du transfert et sans l’exclure, à une loi plus large : celle de la relation d’être à être, d’âme à âme. Ici l’art et sa dimension parfois supraconsciente favorisent le sentiment d’une tierce présence offrant sens et unité à la présence avérée de chacun. Cette réalité existe aussi entre les protagonistes d’une même expression ou création artistique. La pratique de l’art ainsi considéré enrichit profondément la qualité du lien social.

12.L’évaluation de la progression et des productions ou « œuvres » réalisées ne repose pas sur des critères esthétiques purement formels ou extérieurs, mais sur une perception de l’investissement, de la présence, de l’authenticité et de la justesse de la personne. Si ces critères sont favorables, la production, l’œuvre, leur « esthétique” ont, de fait, une valeur indéniable.

Signer la charte  —  Télécharger la charte

footer